Google fait exprès de ne plus indexer tout le web

Publié le 18 avril 2022
Robot de Google sur fond gris clair - Image mise en avant

Il y a quelques mois, il était encore simple d’indexer un site.

  • On le déclarait dans Google Search Console avec le plan de site XML ;
  • On demandait aux robots d’explorer notre page d’accueil ;
  • Et hop, la magie opérait.

Enfin presque ! Ce n’était que la première étape puisqu’ensuite il fallait être bien classé dans les résultats pour obtenir du trafic.

Mais la vie était plus simple. Parce que maintenant, ce n’est plus le cas et c’est totalement assumé.

Alors dans un contexte où de plus en plus de personnes n’arrivent plus à faire indexer leur site, autant en parler.

Mesurer l’infini avec des ressources finies

En effet, John Mueller (ambassadeur de la recherche chez Google) a annoncé que pour un moteur de recherche, il est vain d’explorer et indexer l’intégralité du web.

Avec des ressources limitées (bande passante, consommation électrique des serveurs…), il est impossible de parcourir un nombre infini d’URL. C‘est logique puisque des millions apparaissent tous les jours.

Au moins ça a le mérite d’être clair !

Faut-il de nouvelles stratégies ?

Alors que faut-il faire pour être digne d’être indexé ? Eh bien on en revient aux fondamentaux du référencement :

  • Avoir un socle technique propre, avec un site en HTTPS et des performances décentes ;
  • Proposer du contenu de qualité qui nous démarque des autres sites, on doit devenir unique ;
  • Et obtenir des liens entrants qui démontrent une certaine popularité.

Plus facile à dire qu’à faire quand on lance un « petit » site : les barrières à l’entrée sont maintenant plus hautes qu’avant !

Qu’en pensent les autres moteurs de recherche ?

A contrario, Bing et Yandex ont adopté le protocole IndexNow qui permet à des extensions de référencement (comme SEOPress, RankMath ou encore All in One SEO) de leur notifier la publication et la modification de contenu sur nos sites.

Oui mais on parle là de moteurs de recherche qui ont moins de 6% de parts de marché en France (source : StatCounter). Donc être rapidement indexé chez eux, oui, mais ce n’est pas pour autant que ça apportera beaucoup de trafic.

Et encore une fois, être indexé c’est bien. Être bien classé, c’est mieux. Et être bien indexé et bien classé sur Google, c’est l’objectif ultime.

🧑‍🍳 Notre avis :

Malgré ces difficultés, le jeu en vaut toujours la chandelle : avec 90% de parts de marché en France, c‘est sur Google qu’il faut être visible.

Alors retroussons-nous les manches pour travailler notre SEO comme jamais : il faut mériter sa place et sortir du lot.

Parce qu’un site qui est bien visible dans les résultats de recherche, sur les bonnes requêtes, a ensuite un bel avantage concurrentiel !

🤓 On planche justement sur la refonte complète de la partie « Indexation » de notre formation WordPress.

On en profitera pour montrer les techniques les plus intéressantes pour s’assurer de la bonne indexation de nos sites.

Photo de Nicolas Richer
Nicolas Richer - Président et formateur
Depuis 2008 dans l’écosystème WordPress, je partage mon expertise au travers des formations et contenus de WPChef.

D’autres articles dans la même veine :

Google Analytics finira par être conforme

Google Analytics finira par être conforme

Depuis le début de l’année, Google encaisse les coups. En effet, les CNIL européennes lui tombent dessus de façon coordonnée, en faisant suite à des plaintes déposées en août 2020. Certains éditeurs de sites ont donc reçu des mises en demeure leur demandant de...

Google déploie « Page Experience » pour ordinateur

Google déploie « Page Experience » pour ordinateur

L’été dernier, Google a lancé la mise à jour « Page Experience ». Mais pour la version mobile des résultats de recherche uniquement. C’est à dire que le moteur de recherche a ajouté des scores de performance issus des Core Web Vitals à ses algorithmes pour mieux...

Google Analytics est illégal en France !

Google Analytics est illégal en France !

Après la CNIL autrichienne le mois dernier, c’est au tour de la CNIL française de prendre position. Et sans trop de surprise, elle a mis en demeure un gestionnaire de sites le 10 février dernier. Ce dernier, dont l’identité n’a pas été communiquée, doit prendre des...

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire